Chouchoutez-vous, votre style de vie influence directement votre performance et votre leadership.
Mais, pour que vos pensées soient optimisées, il convient d’avoir un style de vie sain et équilibré, précisément en terme de sommeil, d’exercice et d’alimentation.

 4 « super-pouvoirs » cérébraux favorisent la performance. Les leaders qui comprennent comment le cerveau fonctionne peuvent rendre leurs équipes plus agiles, innovantes et résilientes.

Un sommeil perturbé est particulièrement dommageable. Votre QI peut perdre 5% ou plus après une mauvaise nuit.
Un cerveau bien nourri, reposé et oxygéné est nécessaire pour favoriser la résilience mentale et générer des performances optimales malgré le stress et l’incertitude. 
Pour améliorer la résilience et les performances, il est recommandé de travailler sur les points suivants:

1. Neuroplasticité.

Tout ce que vous avez vécu dans votre vie a façonné et façonné votre cerveau pour favoriser certains comportements et certaines habitudes, mais ces comportements et ces habitudes peuvent ne pas être optimaux. En concentrant leur attention sur de nouveaux comportements souhaitables et en les répétant, les dirigeants peuvent réorienter les ressources chimiques, hormonales et physiques de leur cerveau pour créer de nouvelles voies. Les anciens, quant à eux, perdent de leur efficacité.

Apprendre, en particulier des sujets très sensibles comme une langue ou un instrument de musique est le meilleur moyen d’améliorer la plasticité. “Le fait que vous soyez obligé de vous occuper de choses que votre cerveau n’a jamais connues auparavant a ses propres avantages, outre ce que vous apprenez”. Le cerveau devient plus flexible, cela permet de réguler ses émotions, de résoudre des problèmes complexes et de penser de manière plus créative.

2. Agilité cérébrale

Pour être agile, vous devez penser avec agilité. L’agilité cérébrale est la capacité de basculer de manière transparente entre différentes manières de penser: du logique à l’intuitif en passant par la créativité. L’agilité peut être particulièrement importante pour les entrepreneurs. «Le fait que le cerveau soit susceptible de penser de diverses manières ou d’absorber des idées variées signifie que vous êtes plus susceptible de détecter les tendances, de pivoter, d’avoir une longueur d’avance».
Un point de vigilance, pour les professionnels polyvalents et multitâches, il est recommandé de se concentrer sur des problèmes complexes de façon consécutive pour optimiser leur analyse. Sachant que les leaders peuvent exploiter les divers modes de pensées et de réflexion de leurs équipes pour obtenir un meilleur résultat.

3. Travail et potentiel

Certaines personnes croient que des traits tels que l’intelligence et le talent sont inscrits dans le dur et sont définitifs. Cet état d’esprit risque de générer un statuquo, et implique une stagnation. Le fait de tester un nouvel apprentissage ne peut que développer la plasticité de leur cerveau, les engager sur la voie de la progression et ainsi révéler leur potentiel.
D’autres personnes considèrent que leur intelligence et leur talent peut être développé grâce à un travail acharné, état d’esprit qui conduit naturellement à l’innovation et au progrès.

4. la simplicité

Un monde hyperactif impose des exigences impossibles à des cerveaux limités. Le stress augmente. La prise de décision en souffre. Swart conseille aux leaders de pratiquer des exercices de pleine conscience appelé plus communément méditation.
Se concentrer sur son corps, sa respiration et ses pensées du moment est un excellent moyen de réduire les hormones du stress et de libérer les oxytocines, nécessaires aux prises de décisions.
Pour se libérer de l’espace intellectuel il est préconisé également de réduire les décisions non critiques, par exemple, ne vous sentiriez vous pas allégez d’une charge mentale si portiez la même tenue tous les jours ?

Les leaders qui savent comment améliorer leurs propres fonctions cérébrales peuvent ensuite partager ces bonnes pratiques à leurs équipes.
Les dirigeants peuvent également utiliser leur compréhension du cerveau pour éliminer la peur et le stress du lieu de travail et développer la confiance. Le stress augmente le cortisol dans le cerveau, ce qui affecte négativement la pensée et la capacité à contrôler les émotions. À des niveaux soutenus, les gens se mettent en mode de survie. En revanche, si vous vous trouvez dans un environnement passionnant où l’hormone oxytocine circule dans votre organisation, vous êtes plus enclin à prendre des décisions qui ne sont pas basées sur la rareté et la survie mais sur l’abondance, l’innovation et la prise de risque s’épanouissent.

Article d’Ingrid Paillard inspiré des travaux de Tara Swart neuroscientifique.