« Bien écouter, c’est presque répondre. »
Marivaux

Le concept peut sembler simple, mais une écoute active – c’est-à-dire se concentrer entièrement sur ce qui est dit exige du travail et de la pratique. Et les résultats peuvent faire une différence significative dans la qualité des relations, du suivi et des résultats globaux.

Cinq étapes pour aiguiser vos oreilles à une écoute active.
Bien qu’il n’y ait peut-être pas de formule pour une écoute active, il y a des étapes à suivre pour devenir un meilleur auditeur. Même si vous avez déjà l’impression que vous êtes à l’écoute, il n’est jamais difficile de mettre à jour ces compétences, car l’écoute est un outil irremplaçable dans votre boîte à outils de communication.

1. Soyez et restez concentré.

Établissez un contact visuel avec la personne qui vous parle et accordez-lui toute votre attention. Cela signifie mettre votre téléphone de côté et ne rien laisser vous distraire.

2. Reformulez et posez des questions de clarification.

La meilleure façon de renforcer votre écoute tout en vous assurant de bien comprendre ce que quelqu’un dit est de réaffirmer ce que vous avez entendu pour vérifier votre compréhension. Utilisez des phrases comme:

«Ce que je vous entends dire est…»
«Si je comprends bien vous…»
«Est-il juste de dire que ce qui vous préoccupe le plus est…»
« Avez-vous dit que …. est votre priorité? »

3. Écoutez avec tous vos sens.

Entendez-vous que la personne parle fort? Cela pourrait être une indication de frustration ou de colère. Voyez-vous qu’il évite le contact visuel avec vous? Peut-être y a-t-il un problème de timidité ou d’intimidation. Leurs bras sont-ils croisés?
Peut-être se sent-elle sur la défensive ?

4. Restez neutre.

Vous devez être conscient de vos propres sentiments, préjugés et opinions, afin qu’ils n’affectent pas ce que vous entendez.

Ne soyez pas sur la défensive. Si quelqu’un a une critique, restez ouvert d’esprit en disant quelque chose comme: «Merci pour ton honnêteté, parlons de ce que nous pouvons faire pour résoudre ce problème. »
Ne laissez pas une zone de friction faire dérailler toute la conversation. Si votre interlocuteur semble suspendu sur un point particulier, essayez de faire avancer la conversation en disant quelque chose comme: «Merci de me partager vos propos. Que pensez-vous d’autre?
Pour éviter de devenir émotif ou contrôler vos émotions, acceptez de ne pas être d’accord Indiquez calmement quelque chose comme. «Je comprends votre point de vue. Nous sommes simplement en désaccord sur celui-ci. »

5. Écoutez vraiment.

Laissez votre interlocuteur terminer ses réflexions avant de commencer à évaluer ce qu’il dit. Cela peut nécessiter une pause pour réfléchir avant de répondre. Et ne vous laissez pas distraire en pensant à ce que vous allez dire ensuite au lieu d’écouter ce qu’ils disent.

Enfin, n’oubliez pas la dernière étape, preuve de votre réelle écoute.
Même lorsque vous appliquez chacune de ces étapes, il y a une action critique que vous devez vous rappeler d’appliquer après la conversation: suivi.
Si vous vous êtes engagé ou avez accepté de faire quelque chose, comme partager des informations par e-mail ultérieurement, assurez-vous de le faire.

Il faut être un grand Homme pour bien écouter les autres.
Calvin Coolidge

Ingrid Paillard #leadership #écouteactive